Le juriste, les nouvelles technologies et la transition numérique

Les buzz word : Dématérialisation, e-reputation, commerce électronique, vision 360 clients, signature électronique, gestion multicanale des clients, chatbot, blockchain, sont autant de projets qui participent à la politique de transition numérique des entreprises.
Or, ces projets, s’ils nécessitent les compétences des juristes, représentent également un défi.
Au-delà des compétences juridiques parfois à acquérir, le juriste doit opérer lui aussi sa transition et devenir technologue.
Bien sûr, il ne mutera pas en un « chief digital officer », mais le juriste doit appréhender les technologies sur lesquelles reposent tous ces projets de transition numérique. Faute de quoi, il échouera à fournir un conseil utile à ses clients internes.
Identifier l’objet, l’acteur, la notion du projet pour appliquer le bon référentiel légal dans un monde de plus en plus complexe technologiquement, voici le défi des juristes.
Cela implique un nouveau type de veille, complémentaire à la veille juridique, la veille sur les tendances et les nouvelles technologies.
Non seulement cette veille doit conduire à appréhender les nouvelles technologies mais également à parler le même langage avec les parties prenantes du projet, qui sont de plus en plus nombreuses, direction générale, marketing, le métier concerné, la DSI….
Parler le même langage est un atout pour le projet puisqu’il y aura de part et d’autre, une meilleure compréhension. Chacun renoncera à jargonner pour optimiser les échanges et la compréhension mutuelle.
Selon la maturité de l’entreprise, le juriste peut être perçu comme celui qui doit donner les règles. Cette vision, si juste soit-elle, ne doit pas faire oublier que le conseil prodigué sera d’autant plus pertinent qu’une expression de besoins est formulée et les limites et modalités du projet définies, même en mode agile.
Si le juriste doit suivre l’évolution de la démarche projet et qu’il doit lui aussi passer en mode agile et accepter d’entrer dans un process itératif, les facteurs clé de succès sont la transparence et la communication entre toutes les parties prenantes d’un projet.
Le juriste doit être associé en amont du projet.
Cette démarche que le RGPD a consacrée pour la protection des données, sous le nom de protection dès la conception, est à encourager dans tous les domaines juridiques. Les juristes sont convaincus des bienfaits de les associer dès le début des projets tels que ceux projetés dans le cadre d’une politique de transition numérique, reste à convaincre l’ensemble des parties prenantes. Finalement ce sera cela leur premier défi. Convaincre qu’en les associant le plus tôt au projet, ils pourront intégrer les contraintes juridiques au fur et à mesure et limiter l’exposition de la société aux risques juridiques de plus en plus nombreux.

Pour faire face à ces enjeux, à toute l’actualité légale et les nouvelles pratiques apparues au sein des directions juridiques, nous avons conçu une conférence « DIGITAL : juristes, ce que l’on attend de vous en 2019″ qui aura lieu le 23 mai prochain à Paris. En effet, entre l’ordonnance du 12 décembre 2018 qui a réformé en profondeur la loi informatique et libertés et le décret du 10 décembre 2018 sur le processus d’anonymisation pour ne citer que les dernières réformes, il est indispensable de faire un état des lieux des nouveaux textes et des nouvelles pratiques en matière de traitement de données, des premiers retours sur les impact du RGPD, de contrats IT, de Cloud notamment.
Comment négocier et rédiger les points sensibles de vos projets digitaux désormais ? Chaque thème sera traité par un spécialiste du sujet, que l’on parle de RGPD, de Cloud, de Web ou encore de e-réputation, vous bénéficierez des conseils de praticiens et experts et vous aurez la chance de pouvoir échanger vos bonnes pratiques entre pairs au cours de cette journée annuelle.


Céline Avignon

Avocat
Lexing Alain Bensoussan

 

Maître Céline Avignon interviendra le 23 mai prochain, aux côtés de praticiens reconnus lors de la conférence EFE « DIGITAL : juristes, ce que l’on attend de vous en 2019 » qui aura lieu dans un grand hôtel au cœur de Paris.