Contract manager : comment démontrer votre valeur ajoutée en 2018 ?

Maximiser les opportunités, réduire les risques, fluidifier les prises de décision, gagner en visibilité sur les délais et les budgets, les bienfaits du contract management sont nombreux. Et pourtant, en entreprise comme en collectivité, la place du contract manager, si elle s’est fortement développée, reste encore limitée aux grands projets. Juriste averti ouvert aux métiers et projets, le contract manager est un facilitateur à tous points de vue, dont la valeur ajoutée se mesure de mieux en mieux.
Plus la culture du contract management se diffuse chez le client comme le prestataire, mieux les projets se déroulent. C’est le fait que chaque partie dispose d’un contract manager qui est, probablement, la plus grande évolution de ces dernières années. Dans le même temps, le contract manager connaît aussi sa révolution digitale. Aux moyens d’outils numériques, le contract manager effectue, en temps réel, une analyse contractuelle fine de la situation, des risques qu’elle engendre mais aussi des leviers à disposition pour faire avancer les intérêts de la partie concernée.
La réforme du droit des contrats aujourd’hui parachevée par la loi de ratification d’avril 2018 apporte une plus grande sécurité juridique dont le contract manager va directement pouvoir tirer profit.

Parmi de nombreux exemples :
– la lettre des « six mois », au sens de l’article 1183 du Code civil, permet de purger les éventuels vices pouvant affecter le contrat et ainsi sécuriser le projet ;
– une gestion raisonnée des avenants va permettre de mieux encadrer les budgets, limiter les conséquences d’une éventuelle activation d’une clause d’imprévision au sens de l’article 1195 du Code civil.

En tenant les indicateurs suivants, le contract manager va ainsi pouvoir faire la démonstration de sa valeur ajoutée :
– charge allouée au project management ne variant pas de plus de 5% sur l’ensemble du projet ;
– écart limité entre le budget initial et l’enveloppe complémentaire
– budget global projet ne subissant pas un écart de plus de 20%
– éviter la transformation d’un risque potentiel en problème réel (nombre de risques / nombre de problèmes).
La question n’est donc plus de savoir s’il faut un contract manager selon les différentes typologies de projets mais bien pour tout projet de lui assigner des objectifs à la fois réalistes et ambitieux, plaçant ainsi le contract manager directement dans la chaîne de valeur.

Dans cette logique et afin de faire un point annuel sur l’actualité et les nouvelles pratiques des contract managers apparues pendant l’année, nous avons décidé d’organiser un rendez-vous annuel du contract management, permettant de se retrouver entre pairs, d’échanger sur les bonnes pratiques et maîtriser toute l’actualité 2018 et les réformes à venir dans un grand hôtel au cœur de Paris le 11 décembre 2018. 


Eric Le Quellenec

Avocat et Directeur du département informatique conseil
Alain Bensoussan Avocats Lexing

Maître Eric Le Quellenec interviendra aux côtés de contracts managers reconnus afin de faire le point sur toutes les nouveautés et nouvelles pratiques apparues en 2018 et anticiper les évolutions à venir, lors de notre conférence « Contract Manager 2018« , le 11 décembre prochain à Paris.