Avocats et juristes : comment réussir votre transformation digitale ?

Legal tech : quels sont les enjeux pour les juristes et les avocats ?

Pour les juristes d’entreprise et les avocats, les nouvelles technologies représentent des enjeux assez similaires. Les deux professions sont confrontées au « more for less » (faire plus avec moins), qui conduit les juristes – en cabinet ou en entreprise – à s’interroger sur les moyens à mettre en œuvre dans leur quotidien pour un meilleur service aux clients.
Les outils qui permettent d’améliorer l’efficacité opérationnelle sont là un fort enjeu car cela va nous conduire à digitaliser des activités à fort volume et faible complexité, avec, bien évidemment, le risque que ces tâches soient réalisées par des agents autres que les acteurs traditionnels. Mais c’est surtout une opportunité pour une meilleure allocation du temps, particulièrement au profit des activités de conseil.

Et les professions juridiques partagent aussi une inquiétude face aux outils d’analyse juridique, de prédictivité ou de création automatique de documents juridiques. La question est là de savoir si l’intelligence artificielle va remplacer l’intelligence de nos professions. Je pense que l’horizon est encore très éloigné, les technologies n’étant pas encore matures, les ambitions parfois trop grandes ou les technologies ne répondant pas encore à des cas d’usage justifiant leur utilisation (notamment par l’absence de volume suffisant). Des outils vont probablement émerger, non pas pour se substituer aux juristes, mais pour les accompagner dans leur quotidien, comme une aide dans la chaîne des diligences à accomplir.

A l’inverse, les outils qui visent à rapprocher le citoyen de la justice ou lui faciliter l’accès au droit représentent davantage des enjeux pour les avocats notamment, mais pas seulement, à l’instar des systèmes de règlement alternatifs des litiges qui commencent à être intégrés dans certaines grandes entreprises.

 

Y a-t-il des matières dans lesquelles les Legal Tech vont pouvoir se développer plus rapidement ?

Si le mot « LegalTech » est pris dans le sens de nouvelles technologies dites d’intelligence artificielle qui imitent ou remplacent le juriste dans la mise en œuvre de ses connaissances juridiques appliquées à des situations de droit, j’ai le sentiment qu’on est encore loin d’une émergence rapide.

En revanche, les LegalTechs qui se positionnent sur la digitalisation de certaines tâches accomplies par les juristes (internes ou en cabinets), pour en faciliter la réalisation, vont sans doute se développer rapidement. D’une part, ces outils répondent au souci d’amélioration de la productivité (le « more for less ») ; d’autre part, ils ne remettent pas en cause la valeur ajoutée intellectuelle du juriste mais devraient permettre de trouver plus de temps pour l’exploiter en permettant de réduire la part consacrée aux tâches répétitives ou de nature administrative.
L’exploitation des données offrent aussi une forte perspective de développement aux LegalTechs. Par exemple, la capacité à mieux identifier et exploiter ensuite le contenu des clauses habituelles d’une bibliothèque de contrats. C’est aussi le cas des LegalTechs qui se positionnent sur l’exploitation des données existantes (jurisprudentielles, réglementaires ou doctrinales) de manière à en faciliter l’accès et l’utilisation par les juristes ou avocats.

On est clairement dans un monde qui bouge avec un nombre important de projets de LegalTechs, que ce soit en France ou à l’international. Certains cabinets développent leur propre incubateur, sorte de trait d’union entre les « startupeurs » et les avocats rapprochant ainsi technologies et cas d’usage. On est à l’aube d’un changement de paradigme au sein de nos professions et comme tout changement, il fait naître des craintes légitimes mais aussi l’espoir d’un monde du droit plus accessible et plus efficient.

 

C’est pourquoi nous avons eu l’idée d’organiser avec EFE, une conférence pour faire le point sur ce que proposent les Legal Tech concrètement, par matières, et en les challengeant à chaque fois par des questions éminemment pratiques qui se posent aux avocats et au juristes au quotidien. Une conférence unique en son genre pour réunir les acteurs qui comptent aujourd’hui et comprendre ce que l’on peut en attendre aujourd’hui mais aussi à moyen terme.  Nous vous donnons rendez-vous le jeudi 5 avril dans un grand hôtel au cœur de Paris pour notre conférence :
« Legal Tech : challengez les meilleures pour réussir votre transformation digitale« .

 

Christian Le Hir
Directeur juridique
NATIXIS

Christian le Hir présidera notre journée de formation « Legal Tech »qui aura lieu le jeudi 5 avril 2018 à Paris.