Interview flash de Stéphane Lefer, fondateur d’OXYGEN +

Stéphane LEFERstephane lefer
Fondateur
OXYGEN +
bipbipnews.com

Intervenant lors de la conférence EFE « Directeur juridique, devenez un business partner à part entière de votre entreprise » le 13 décembre 2016 à Paris.

 

 

Stéphane Lefer a été avocat 5 ans avant de rejoindre l’entreprise durant 15 ans. Il a été en dernier lieu le directeur juridique du groupe Sogeti (Capgemini Group). Il a aussi été le secrétaire Général du Cercle Montesquieu.
Il y a tout juste deux ans il a fondé Oxygen+, cabinet d’avocats, spécialisé dans le support aux entreprises via des experts juristes ou avocats qui vont dans les entreprises clientes pour apporter leur savoir-faire durant une période déterminée. Il y a 6 mois, il a lancé également une lettre gratuite d’information juridique et des affaires Bip Bip ! news qui a vocation à se lire en 2 minutes tous les vendredis à 17.00 pour « ne rien manquer de l’actualité du droit et des affaires », tout un programme.

En attendant de le retrouver à l’occasion de la conférence EFE dédiée aux Directeurs Juridiques le 13 décembre prochain, il nous livre sa vision.

La question « 140 caractères » – Pourquoi Oxygen + ? Pourquoi Bip Bip ! news ? Vous avez 140 caractères !

Pour répondre à des besoins exprimés par mes pairs, les juristes, et à titre personnel avoir le plaisir d’entreprendre.

La question « qui fâche » – La fonction juridique telle que nous la connaissons aujourd’hui est-elle appelée à disparaître ?

Oui et non !
Il faudra toujours des juristes pour négocier des contrats, valider juridiquement telle ou telle opération, vérifier tel ou tel point de droit …. De ce point de vue il y aura toujours des besoins qui sont ceux que nous connaissons aujourd’hui.
En revanche, beaucoup de changements sont intervenus et continueront d’intervenir sur le champ d’action des juristes. Prenez les exemples de l’éthique & compliance, du contract management ou encore du traitement des données personnelles (DPO) qui sont des activités juridiques qui n’existaient pas réellement ou avec autant d’importance il y a 5, 10 ou 15 ans. Il y a donc une extension, qui va continuer, du champ d’intervention des fonctions juridiques.
Autre changement majeur, les moyens pour réaliser ces missions anciennes ou nouvelles. Le digital va changer énormément la manière de travailler des juristes et le temps qu’ils vont consacrer à telle ou telle tâche. Comment encore imaginer d’avoir 1, 2, 3 ou 4 juristes validant des contrats « simples » comme des accords de confidentialité, ou encore gérant les entités juridiques d’un groupe alors qu’il existe des outils pour industrialiser ces tâches. Ces outils vont se développer et se standardiser dans les années à venir et cela sera un grand changement pour la fonction juridique.
Autre changement majeur le directeur juridique est de moins en moins un expert juriste mais de plus en plus un manager/chef d’orchestre. Ce manager directeur juridique, qui pourrait ne pas être un juriste de formation, examine les ressources dont il dispose. Il choisit de confier le sujet soit aux juristes internes, soit à un ordinateur pour un traitement industriel aujourd’hui et de plus en plus intelligent demain, soit à un avocat externe classique ou soit encore à un prestataire non juriste ou alternatif comme Oxygen+. Ce qui guidera le directeur juridique sera plus que jamais le souci d’efficacité et de productivité.
Au final, je dirai qu’il y aura de nouveaux champs d’intervention pour les juristes, de nouveaux outils et méthodes de travail et qu’il s’agira plus que jamais au directeur juridique de mettre tout cela en musique pour optimiser ses ressources humaines, financières et techniques.

La question « pitch » – En quoi l’offre d’externalisation du service juridique d’Oxygen+ est-elle différente pour la fonction juridique ?

Il s’agit de proposer aux fonctions juridiques et plus globalement aux entreprises une offre nouvelle qui vient compléter le panel des solutions dont dispose le directeur juridique. Il s’agit d’un support juridique externalisé mais via un juriste/avocat qui est, le plus souvent, présent au quotidien dans l’entreprise pour être au plus proche des besoins opérationnels des entreprises.
Il s’agit d’un consultant juridique comme il existe des consultants en management ou en informatique qui viennent très souvent dans l’entreprise le temps d’un projet particulier.

La question « naïve » – La refonte du marché du droit fait peur ! Quels impacts positifs avez-vous pu constater  sur les collaborateurs notamment d’Oxygen+ ?

Je suis content de proposer une autre manière de délivrer du service juridique pour les collaborateurs.
Pour travailler chez Oxygen+ il faut vouloir passer d’un client à un autre, d’un projet à un autre. C’est la vie de consultant qui oblige à se remettre en cause et à s’intégrer souvent dans un nouvel environnement professionnel. Certains peuvent y voir un handicap d’autres trouveront que c’est une richesse car il s’agit de voir plusieurs entreprises et des manières de travailler différentes. Cela permet aussi aux consultants d’Oxygen+ de se focaliser sur le travail juridique à faire et de s’abstraire de toutes les questions périphériques que l’on rencontre dans l’entreprise qui viennent souvent polluer le travail du juriste.

La question « challenge / défi » – Quel est le défi principal pour Oxygen+ ?

C’est de faire comprendre encore et encore ce nouveau métier qui consiste à être un cabinet d’avocat mais d’agir et penser comme une direction juridique. J’aime personnellement l’idée de participer à l’évolution de la profession de juriste en France en agissant pour créer un trait d’union entre la profession d’avocat et celle de juriste d’entreprise.

La question « inspirante» – Si vous deviez citer une seule de vos inspirations, quelle serait-elle ?

« Oser ». Il faut savoir sortir de sa zone de confort ! Savoir franchir le pas vers l’inconnu. C’est difficile d’autant plus pour des juristes qui ont tendance à se replier sur leur expertise mais quand la prise d’initiative est payante c’est fantastique !

Laisser un commentaire